Les communes historiques

La commune nouvelle de Mézidon Vallée d'Auge est riche de l'histoire et du patrimoine des 14 communes historiques qui la composent. 

Retrouvez en bas de page une galerie photos de toutes les communes historiques. 

Coupesarte

La commune historique de COUPESARTE est composée de 37 habitants.

A voir, à faire à Coupesarte :

  • Visiter l’église Saint-Cyr en pierre de Caen, bois et ardoise, et tuile du XIIIème siècle. Depuis 1722, on peut voir sur le clocher le nom des seigneurs de Coupesarte et de Bocquencey, fief situé sur le territoire de Coupesarte. Trois dalles sépulcrales se trouvent au milieu du chœur ainsi que deux écussons.
  • Passer devant la maisonnette de garde-barrière en briques et pierres, aujourd’hui propriété privée. Durant la deuxième moitié du XIXème siècle, une ligne de chemin de fer allant de Saint-Gauburge, dans l’Orne à Cabourg est construite. On peut aujourd’hui se promener à pied sur les traces de cette ancienne voie ferrée : « la coulée verte ».  Cette voie disparait après la seconde guerre mondiale mais il reste quelques maisonnettes de ce type, comme à Coupesarte, témoignages d’une époque. On peut y admirer de très belles vues du Pays d’Auge.


Prise de vue Coupesarte

Crèvecoeur-en-Auge

La commune historique de Crèvecœur-en-Auge est composée de 517 habitants.

L’histoire du village de Crèvecœur est étroitement liée à celle de son château, place forte située sur la principale voie de communication entre Lisieux et Caen.

Dès le XIème siècle, Crèvecœur était le siège d'une motte féodale. Les archives évoquent l'existence d'un seigneur de Crèvecœur : Roman de Rou de Wace, qui laisse supposer qu'un Crèvecœur participa à la bataille d'Hastings, en 1066, aux côtés de Guillaume le Conquérant.

Au XIIème siècle, Hugues de Crèvecœur tient un fief de cinq chevaliers, le chef de ces fiefs se trouvant à Crèvecœur.

En 1204, Philippe Auguste règne sur la Normandie et les terres du seigneur de Crèvecœur sont confisquées. Jean de Brucourt en hérite et tient les cinq fiefs. Pendant la guerre de cent ans, le château est confisqué, cette fois, par le roi d'Angleterre, et ne sera libéré qu'en 1449. En 1554, la terre de Crèvecœur est vendue pour 10 000 livres tournois (monnaie de Tours) à François de Montmorency.

Les Montmorency demeureront les seigneurs de Crèvecœur jusqu'à la chute de l'ancien régime, et on les appelle, dans les textes d'époque, Vicomtes puis Marquis de Crèvecœur.

A cette époque, Crèvecœur faisait partie de la généralité de Rouen, du baillage de Pont-l’Evêque, de la sergenterie de Cambremer ; le grenier à sel se trouvait à Livarot.

A voir et à faire à Crèvecœur-en-Auge :

  • Ne surtout pas passer à côté du splendide château aujourd’hui propriété de la famille Schlumberger, grande famille alsacienne. En 1970, la fondation Schlumberger, reconnue d’utilité publique, installe un musée pour mettre en valeur et conserver l’histoire médiévale du château et les recherches des frères Schlumberger. Ne manquez pas la tour carrée, la chapelle castrale et sa magnifique charpente et le colombier. Plus d’infos : http://www.chateau-de-crevecoeur.com/fr/
  • Son centre bourg dynamique et tellement typique du Pays d’Auge !

 Centre Crèvecoeur en Auge


Croissanville

La commune historique de Croissanville est composée de 519 habitants.

A voir et à faire à Croissanville :

  • L’église Saint-Aubin en pierre de Caen et tuiles. En 1352, une bulle du pape Clément VI crée une collégiale de six chanoines. Ces chanoines vivaient alors au sein de l’église. Construite pour l’occasion au XIVème siècle, sa voûte a été entièrement détruite lors des bombardements de 1944. En 1953, un artisan de la commune refait à neuf cette voûte en bois en respectant la tradition de l’architecture romane.

Prise de vue Croissanville

Grandchamp-le-Château

La commune historique de Grandchamp-le-Château est composée de 69 habitants.

Le nom de cette commune déléguée évoque les grandes prairies parmi lesquelles se trouvent un château incontournable.

A voir et à faire à Grandchamp-le-Château :

  • L’église Saint-André et Saint-Anne avec trois retables des XVII et XVIIIèmes siècle.
  • Le château du XIIIème siècle qui se distingue par ses pans de bois, ses colombages et ses grandes ouvertures sur les façades principales.

Prise de vue Grandchamp le Château


Lécaude 

La commune historique de Lécaude est composée de 156 habitants.

  • Le nom de Lécaude, du latin Calida, chaude, évoque l’exposition au soleil de cette commune historique.  
  • A voir et à faire à Lécaude :
  • L’église Notre-Dame du XIIème siècle avec son retable et sa statue de Sainte-Barbe du XVIème siècle.
  • Le manoir Saint-Martin du XIIIème siècle
  • Le manoir des Demaines est classé aux monuments historiques. Manoir à pans de bois de la fin du XVème siècle et du XVIème siècle, il comprend de nombreux éléments intérieurs remarquables comme son escalier en bois, sa cheminée du rez-de-chaussée peinte dans l’esprit flamboyant ou encore ses nombreux décors sculptés. Le manoir est aujourd’hui une propriété privée.

Prise de vue Lécaude

Les Authieux-Papion 

La commune historique des Authieux-Papion est composée de 82 habitants.

Du latin Altare, autels, et de Hugo Papion, nom d’une famille normande citée au XIIème siècle.

A voir et à faire aux Authieux-Papion :

  • L’église Saint-Philibert du XIVème siècle porte le nom du fondateur et premier abbé de l’abbaye de Jumièges, près de Rouen.
  • Le manoir du XVème siècle avec ses colombages et ses hourdis garnis de tuileaux ou de torchis sont présents sur toutes les façades dont quelques-unes sont restées dans leur état initial.

la mairie des Authieux Papion

Magny-la-Campagne

La commune historique de Magny la Campagne est composée de 537 habitants.

Le fief de Magny appartient jusqu’au XVème siècle à la famille de Caourches. A partir du XVIème siècle, il passe par mariage à la famille Picot, qui le conserve jusqu’au XIXème siècle.

La commune est créée lors de la fusion en 1811 de Magny-la-Campagne et de Vaux-la-Campagne, désigné également sous le nom de Vaux-sur-Laizon.

A voir et à faire à Magny-la-Campagne :

  • Observer le clocher de l’église Notre-Dame, classé à l’inventaire général du patrimoine culturel. Il est intact et date de la construction de l’église en 1738.

Mairie Magny-la-Campagne

Magny-le-Freule

La commune historique de Magny-le-Freule est composée de 326 habitants.

Du nom de « Magnius », suivi du préfixe latin –acus, propriété du romain Magnius et de Le Freule, village de la famille Freule.

  • A voir et à faire à Magny-le-Freule :
  • L’église Saint-Germain du XIIIème siècle en pierres de Caen d’un style de transition entre le pur roman et le début du gothique.
  • Le château et la grange : du XIVème siècle en pierre de Caen. La grange date du règne de Louis XIII et est très bien conservée. On peut y voir le pressoir qui a cessé de fonctionner à la fin des années 1950. Le moulin et le lavoir parfaitement conservés. Ils se trouvent sur la Dives. La propriété est privée.

Eglise Magny le Freule


Le Mesnil-Mauger 

La commune historique du Mesnil-Mauger est composée de 1 081 habitants.

Du mot latin mansionile, « domaine rural » et de Mauger, personnage influent du XIIème siècle.

En 1973, les communes de Ecajeul, Saint-Crespin, Sainte-Marie-aux-Anglais et le Mesnil-Mauger organisent une fusion associative. En 2003, la fusion des 4 communes est définitive.

6 églises sont présentes sur le territoire. 3 d’entre elles se distinguent par leur qualité architecturale :

  • L’église Sainte-Marie aux Anglais date du XIIème siècle. C’est une des plus anciennes églises de Normandie. Elle est caractéristique des constructions romanes normandes. Les fenêtres sont en gothique flamboyant des XVème et XVIème siècle. Les fresques situées à l’intérieur ont probablement été peintes à l’époque des Croisades. La commune du Mesnil-Mauger a entrepris en lien avec l’association œuvrant pour la conservation de l’église, d’importants travaux de restauration. La ville de Mézidon Vallée d’Auge a poursuivi cette rénovation dont vous pouvez connaître les détails ici. 
  • L’église Saint-Etienne du XIIIème siècle. A découvrir : une Vierge à l’Enfant et une statue de Saint-Etienne du XVème siècle.
  • L’église du Doux-Marais du XVIIème siècle.
  • La fromagerie Lepetit. Fondée en 1882 par la famille Lepetit, le camembert commercialisé sous ce nom y était fabriqué. En 2009, la fromagerie a fermé ses portes.
  • Le centre-bourg historique du Mesnil-Mauger typique du Pays d’Auge. 
  • Vous pouvez emprunter à pieds ou en vélo la célèbre coulée verte.

Paysage Mesnil-Mauger


Mézidon-Canon 

La commune historique de Mézidon-Canon est composée de 4 957 habitants.

Du latin mansus, « maison », suivi de l’anthroponyme germanique Odon.

A voir et à faire à Mézidon-Canon :

  • Le château de Canon. Pour découvrir le château de Canon, son histoire, son kiosque chinoise ou encore son Temple de la Pleureuse, c’est ici. 
  • L’église Saint-Médard de la fin du XIIème siècle est de style roman. Saint-Médard est le saint à qui l’on prête la capacité de maîtriser les conditions climatiques. Le saint, à Mézidon-Canon, est donc évoqué pour protéger les vignes, dont la culture est importante dans le village à l’époque. 
  • L’église Notre-Dame qui date du Premier Empire
  • L’église Saint-Pierre du Breuil du XIIIème siècle. Elle est caractérisée par une grande ouverture romane surmontée d’un toit élancé se détachant nettement du corps central du bâtiment. En 2016, la ville a souhaité entreprendre la réfection cette église classée monument historique. Les travaux de réfection se sont achevés au printemps 2017. 
  • Le château du Breuil du XVIIème siècle. Vous pouvez profiter à tout moment de l’année de son parc ensoleillé et arboré à quelques minutes à pied de la gare. Le château abrite désormais l’Hôtel de ville de Mézidon Vallée d’Auge.

Pour en savoir plus sur l'actualité des projets en cours à Mézidon-Canon, c'est ici. 

Château du Breuil

Monteille 

La commune historique de Monteille est composée de 154 habitants.

Du latin montilia, la colline.

A voir et à faire à Monteille :

  • L’église Saint-Ouen du XIIème, XVIème et XVIIIèmes siècle. D’architecture romane initialement, presque toutes les ouvertures ont été refaites dans le style flamboyant. Remarquez la charpente en bois de la nef composée de poutres traversières recouvertes de planches décorées de caissons d’époque Renaissance.

Prise de vue Monteille

Percy en Auge 

La commune historique de Percy-en-Auge est composée de 228 habitants.

Du nom de personne roman Persius suivi du suffixe latin de propriété –acus et du latin algia, humidité.

A voir et à faire à Percy-en-Auge :

  • L’église Saint-Gervais du XIIIème siècle. Ancienne chapelle seigneuriale, cette église est caractéristique des édifices élevés dans la région au XIIIème siècle.
  • Le manoir du Clos de la Vigne et le manoir du Mont-Hérault
  • Les jardins de Manou. Pour en savoir plus, c'est ici.

Prise de vue Percy en Auge

Saint-Julien-le-Faucon

La commune historique de Saint Julien le Faucon est composée de 728 habitants.

Du nom latin Sanctus Julianus de Fulcone, formé du nom du patron spirituel de la paroisse, Saint- Julien, premier évêque du Mans et du nom du patron laïc, le seigneur de Saint Julien et Grandchamp, Foulques du Merle, maréchal de France.

A voir et à faire à Saint-Julien-le-Faucon :

  • L’église Saint-Julien : la construction de l’église date du XIIIème siècle. C’est en 1861 que la municipalité décide la démolition et la reconstruction d’une nouvelle église inaugurée en 1869. Du XIIIème siècle ont été conservés les fonts baptismaux et le confessionnal. Une chasuble brodée de fil d’or et d’argent et datant du XVème siècle y est conservée.

Prise de vue Saint Julien le Faucon

Vieux-Fumé

La commune historique de Vieux-Fumé est composée de 495 habitants.

Le nom de la localité est attesté sous les formes Vadum Fulmerii et Vado Fulmeri vers 1025 et Vadum Fumatum vers 1277. Il est issu par dénaturation du latin vadum (gué, bas-fond)  et de l'anthroponyme germanique tel que Folgmarus  ou Folc-mar.

Avoir, à faire à Vieux-Fumé :

  • L’église Saint-Germain du XIIème siècle dont les lambris du XVIIIème siècle sont classés à titre d'objet aux monuments historiques.  
  • Le château du Mesnil d’O construit en 1740. Classé aux monuments historiques depuis 1975, le château est réputé pour sa façade, son escalier en fer forgé ou encore son grand salon et son boudoir attenant. Propriété privée, il n’est pas ouvert au public. Néanmoins, l’Office de tourisme Lisieux Normandie organise ponctuellement des visites guidées du château.

église Vieux-Fumé